Archives Mensuelles: février 2014

les jeux olympiques d’hiver 13

Albertville 1992

Albertville 1992Pour la troisième fois, les jeux d’hiver reviennent en France et cette célébration sportive prend de plus en plus d’ampleur. beaucoup de choses ont changé dans le monde au début des anées 1990 et une équipe étrange prend place aux jeux : l’équipe unifiée. Il s’agit en fait d’anciennes républiques soviétiques : la Russie, l’Ukraine, le Kazakhstan, la Biélorussie, l’Ouzbékistan et l’Arménie. Cette équipe ne sera présente qu’à ces jeux et aux jeux d’été de Barcelone la même année. Beaucoup de pays participent sous leur propre drapeau aux jeux pour la première fois comme nations indépendantes dont la Croatie et la Slovénie. Ces jeux marquent l’apparition du patinage de vitesse courte piste. Heureusement pour nous, car les Canadiens remporteront un certain nombre de médailles dans ce sport. De plus, le biathlon est maintenant ouvert aux femmes. 64 nations sont présentes aux jeux avec 1801 athlètes au total et le nombre d’épreuves monte à 57.

 

Un événement

Pour la dernière fois, les olympiques d’hiver et d’été se déroulent la même année. En effet, les prochains

Aperçu de la cérémonie de clôture. Source: http://olympic.org

Aperçu de la cérémonie de clôture. Source: http://olympic.org

jeux d’hiver se dérouleront seulement deux ans après ceux d’Albertville alors que les jeux d’été garderont le rythme qu’ils avaient déjà. C’est en 1986 que le CIO a pris cette décision. C’est difficile de trouver la véritable raison à ce nouveau décalage. Certains diront que c’est pour ne pas que les deux célébration interfèrent, ou pour donner plus de visibilité aux olympiques et de la même manière au sport en général. Ainsi, les amateurs de sport olympique n’auront plus à attendre quatre ans. D’autres diront que c’est un moyen pour le CIO de faire plus d’argent.

Le Canada

La délégation canadienne de 108 athlètes égale ici le record de médailles de Lake Placid (1932) avec sept titres. Gaétan Boucher a inspiré beaucoup de jeunes et beaucoup de patineurs de vitesse en courte piste font de belles performances. Aussi, plus d’une vingtaines d’athlètes terminent dans les huit premiers et ce dans plusieurs sports. Il ne faut pas négliger non plus le retour sur le podium de l’équipe canadienne de hockey. Comme ça devient un peu long à écrire, je nommerai dorénavant les médaillés Canadiens sous la forme d’un tableau.

Médaillés olympiques Canadiens-Albertville 1992
Titre Athlète(s) Sport Discipline
Or Kerrin-Lee Gartner Ski alpin Descente femmes
Or Angela Cutrone; Sylvie Daigle; Nathalie Lambert; Annie Perreault Patinage de vitesse courte piste Relais 3000 m femmes
Argent Équipe de hockey masculine Hockey sur glace Compétition hommes
Argent Frédéric Blackburn Patinage de vitesse courte piste 1000 m hommes
Argent Frédéric Blackburn; Laurent Daignault; Michel Daignault; Sylvain Gagnon Patinage de vitesse courte piste Relais 3000 m hommes
Bronze Myriam Bédard Biathlon 15 km femmes
Bronze Isabelle Brasseur; Lloyd Eisler Patinage artistique Couple

 

N’oubliez pas les photos! http://www.olympic.org/photos/albertville-1992

Publicités

Les jeux olympiques d’hiver 12

Calgary 1988

Les olympiques d’hiver prennent de l’envergure à Calgary et durent maintenant 16 jours et trois fins de 1988_Calgarysemaine. 1423 athlètes de 57 pays y participent et le nombre d’épreuves s’élève à 46. De nouvelles épreuves en ski alpin, par exemple, apparaissent. Pour la première fois, le patinage de vitesse est disputé dans un aréna couvert. Trois sports qui feront partie intégrante des jeux, surtout pour nos athlètes canadiens, sont en démonstration cette année-là : le curling, le patinage de vitesse courte piste et le ski acrobatique. Le ski pour handicapés est aussi en démonstration. Les conditions météorologiques sont particulièrement éprouvantes, un peu comme à St-Mortiz en 1928. Cette fois-ci, c’est le chinook, ce vent chaud provenant des rocheuses, qui fait des siennes. La température varie de -28°C à 22°C au cours des jeux et une trentaine d’épreuves doivent être reportées. Pour la dernière fois, l’URSS domine encore le classement des médailles avec 29 titres. Ce seront les derniers jeux de l’Union soviétique ainsi que de l’Allemagne de l’est et de l’ouest. La chute du mur de Berlin l’année suivante va changer beaucoup de choses dans la géopolitique de ce coin du monde.

Un événement

Comment parler des jeux de 1988 sans parler de la fameuse équipe jamaïcaine de bobsleigh! Pour ceux qui ont vu le film « Les apprentis champions » (Cool Runnings en version originale) qui relate cet événement, l’histoire s’est déroulée un peu différemment dans la réalité.

 

Les bobeurs jamaïcains font leur entrées lors de la cérémonie d'ouverture. Source: mentalfloss.com

Les bobeurs jamaïcains font leur entrées lors de la cérémonie d’ouverture. Source: mentalfloss.com

En fait, ce sont deux hommes d’affaires, George B. Fitch et William Maloney qui, en voyant des courses de pushcart derby dans les rues de Kingston trouvaient que ça ressemblait beaucoup au bobsleigh et ils ont vu là une opportunité. Ils sont donc allés recruter des athlètes dans l’Armée nationale, et quatre jeunes hommes ont été sélectionnés : Dudley Stokes, Devon Harris et Michael White et Samuel Clayton. Deux d’entre eux étaient effectivement des sprinteurs : Harris et White. D’autres se sont joints à l’équipe comme Caswell Allen et Chris Stokes C’est, comme spécifié dans le film, leurs grandes qualités de sprinteurs qui leur ont permis de participer à la compétition. Car, comme l’équipe a été sélectionnée en 1987, ils n’ont eu que très peu de temps pour s’entraîner et la fédération internationale de bobsleigh et de toboganning les ont accueillis assez froidement au départ. Contrairement à ce qui est dépeint dans le film, il n’y a pas vraiment eu d’animosité entre les équipes, au contraire. Les bobeurs Jamaïcains avaient plutôt beaucoup de sympathisants à Calgary. De plus, la fédération américaine de bobsleigh leurs fournis leurs engins et ils s’entraînent au États-Unis et en Autriche. Il ne se sont pas rendus très loin dans la compétition non plus et ne sont jamais arrivés aux finales. Par contre, aussi clichée que la scène puisse être sur l’écran, le bobsleigh à quatre a bel et bien dérapé dans un virage à la fin de la compétition et les quatre athlètes ont terminé la course à pied sous les applaudissements de la foule. Mais ils n’ont pas porté leur engin, ils l’ont glissé à côté d’eux.

Les Jamaïcains ont participé en 1988 au bob à deux et à quatre, mais n’ont réussi qu’un faible pointage dans les deux cas. Qu’à cela ne tienne! Ils ont tout de même marqué l’imaginaire populaire et le pays a toujours aujourd’hui une équipe de bobsleigh.

Le Canada

Pour les premiers jeux d’hiver à se dérouler sur son sol, le Canada remporte un nombre respectable de cinq médailles. Deux médailles en argent sont gagnées en patinage artistique chez les hommes et chez les femmes et trois médailles en bronze sont aussi remportées. Deux en ski alpin (les deux par Karen Percy) et une troisième en danse sur glace.

Pour ceux que ça intéresse, l’équipe canadienne arrive encore une fois en 4e place au hockey et je n’ai pas besoin de vous spécifier qui a remporté l’or, car se sont encore les mêmes. Hé oui! Encore l’URSS!

Pour d’autres photos de premiers jeux d’hiver sur le sol canadien: http://www.olympic.org/photos-fr/calgary-1988

Les jeux olympiques d’hiver 11

Sarajevo 1984

1984_SarajevoC’est difficile de croire aujourd’hui que des jeux olympiques ont eu lieu dans ce coin de pays troublé, mais à cette époque, rien ne laissait présager le terrible conflit qui allait déchirer la Yougoslavie huit ans plus tard. Ce sont donc des jeux relativement sans histoire qui ont eu lieu cette année-là. Pour la première fois de l’histoire d’ailleurs, un athlète Yougoslave a remporté une médaille : l’argent au slalom avec Jure Franko. Cette fois-ci, 49 pays participent aux jeux en envoyant un total de 1272 athlètes et le nombres d’épreuves monte à 39. Parmi les nations qui font leur première entrée au jeux d’hiver, notons l’Égypte, le Maroc, Monaco et les Îles Vierges Britanniques. De plus, on compte parmi les nouvelles épreuves le 20 kilomètres pour dames en ski de fond. Dans le classement des médailles c’est l’Allemagne de l’est qui se glisse en tête devant l’URSS, notamment grâce à son grande nombre de médailles remportées en patinage de vitesse. 

 

Un événement

Si ces jeux ont été relativement tranquilles, ils ont néanmoins connu des champions mémorables. L’un d’eux est Gaétan Boucher qui remporte pas moins de trois médailles en patinage de vitesse, deux d’or et une de bronze. Il s’agira de la première médaille d’or en patinage de vitesse pour le Canada. Karin Enke qui représentait l’Allemagne de l’est a aussi offert une belle performance dans cette discipline remportant elle aussi deux médailles d’or. En danse sur glace, les Britanniques Jayne Torvill et

Christopher Dean obtiennent la note maximale de 6.0 de la part de tous les juges, un score qui ne sera jamais égalé par la suite (notamment parce que le système de pointage a été modifié depuis). En biathlon, le Norvégien Eirik Kvalfoss monte sur le podium a chacune des trois épreuves de son sport remportant l’or, l’argent et le bronze et finalement, la Finlandaise Marja-Liisa Kirvesmiemi-Hämälainen est sacrée championne des trois épreuves individuelles de ski de fond féminin. De plus, comme on aime les histoires de famille, les frères jumeaux Américains Phil et Steve Mahre ont remporté respectivement la première et la seconde place au slalom.

 
Le Canada

En plus de la performance historique de Gaétan Boucher, le Canada remporte une autre médaille, l’argent en patinage artistique masculin avec Brian Orser, pour un total donc de quatre titres. Le Canada remonte tranquillement au hockey et l’équipe termine le tournoi olympique à la 4e place. C’est difficile de revenir aux années passées alors que l’équipe Canadienne était invaincue. C’est L’URSS qui domine encore ce sport après s’être remis de leur défaite des derniers jeux. 67 athlètes forment la délégation canadienne à Sarajevo.

Pour plein d’autres photos: http://www.olympic.org/photos/sarajevo-1984

 

 

Les jeux olympiques d’hiver 10

Innsbruck 1976

1976_InnsbruckComme ce sont les deuxièmes jeux olympiques à se dérouler à Innsbruck, deux vasques ont été allumées dans le stade. Comme à toutes les éditions, ces jeux comporte leur lot de premières. En patinage artistique, l’Américain Terry Kubicka réussi pour la première fois de l’histoire des jeux un saut périlleux arrière. Cette année-là, la danse sur glace a fait sa première apparition au jeux olympiques. Pour la première fois aussi, le bobsleigh et la luge sont disputées sur la même piste, chose devenue habituelle aujourd’hui.

Le classement des médailles ressemble beaucoup aux jeux précédents alors que l’URSS arrive encore en tête avec 27 médailles suivi de l’Allemagne de l’est et des États-Unis. 37 pays y ont participé pour 37 épreuves et le nombre d’athlètes augmente encore en passant à 1123.

Les deux vasques olympiques d'Innsbruck. Source: http://www.olympic.org

Les deux vasques olympiques d’Innsbruck. Source: http://www.olympic.org

Un événement

Les jeux olympiques d’hiver de 1976 devaient au départ se dérouler à Denver. À la dernière minute, les habitant du Colorado votèrent contre l’utilisation de fonds publics dans le cadre des jeux. Ce qui se passa est que Denver s’avéra être beaucoup moins prête à recevoir les jeux qu’elle le prétendait. Le budget avait été sous-évalué et l’organisation est rapidement devenue chaotique. C’est pour trouver les fonds manquants qu’on demanda au habitants du Colorado, lors de l’élection présidentielle de 1972, s’ils acceptaient de participer au financement de ces jeux et le « non » fut majoritaire. Le CIO retira donc les jeux à Denver et un nouvel emplacement a dû être trouvé rapidement. Comme la ville avait déjà reçu les jeux 12 ans auparavant, Innsbruck déposa sa candidature et le CIO accepta.

Canada

Comme en 1972, il n’y a pas d’équipe de hockey canadienne en 1976. Mais la délégation canadienne de 59 athlètes remporte tout de même trois médailles : Kathy Kreiner a remporté l’or en ski alpin, Cathy Priestner a remporté l’argent en patinage de vitesse et Toller Cranston a remporté le bronze en patinage artistique.

 

Lake Placid 1980

Lake placid 1980Encore une fois, les jeux olympiques d’hiver se déroulent dans une ville qui les a déjà accueillis. Après avoir échappé les jeux de Denver quatre ans plus tôt, les Américains vont pouvoir accueillir de nouveau les olympiques d’hiver dans une ville qui avait déjà toutes les installations. 37 pays et 1072 athlètes se disputent 38 épreuves. Pour la première fois, les organisateurs ont recours à la neige artificielle pour compléter les pistes en manque de neige. Le classement des médailles est exactement le même qu’à Innsbruck, seul le nombre de médailles change. L’URSS est donc en tête avec 22 médailles, moins que l’Allemagne de l’est et ses 23 titres, mais le nombre de médailles d’or est supérieur. Le grand champion de ces jeux est le patineur de vitesse américain Eric Heiden qui remporta cinq médailles d’or soit une dans chacune des épreuves de la discipline.

Un événement

Après la série du siècle, voici le miracle sur glace. Lors d’un match décisif pour l’obtention de la médaille d’or la victoire des Américain sur les Soviétiques était improbable, mais a vraiment eu lieu. L’équipe de l’URSS avait la réputation d’être invincible et avait déjà remporté la médaille d’or aux quatre derniers jeux. Au premier match préparatoire, les Américains se sont inclinés 10-3 contre les Soviétiques, rien pour les encourager.Mais

Les Américains qui n'en reviennent pas d'avoir gagné l'or au hockey. Source: http://olympic.org

Les Américains qui n’en reviennent pas d’avoir gagné l’or au hockey. Source: http://olympic.org

lors de leur dernière rencontre, au terme d’un match passionnant et enlevant, les jeunes Américains inexpérimentés ont réussi à déjouer les Soviétiques avec un score serré de 4-3. Ils ont pu ainsi se rendre au match de la médaille d’or contre la Finlande qu’ils ont aussi remporté. C’est un scénario digne d’un film d’Hollywood et il a d’ailleurs été raconté à la télévision et au cinéma. Le miracle sur glace est un événement important dans la culture populaire américaine, on peut facilement se l’imaginer. Alors que le régime soviétique, et la guerre froide avec lui, était sur ses derniers milles, cette victoire a peut-être dépassé un peu le cadre sportif. 

Le Canada

L’équipe de hockey canadienne est revenue à la compétition, mais ne se rend pas jusqu’en finale cette année-là. Mais il y a une médaille marquante en 1980 : Gaétan Boucher remporte l’argent en patinage de vitesse à l’épreuve du 1000 mètres. Ses grandes performances restent encore à venir. Une autre médaille pour le Canada : le bronze en ski alpin avec Steve Podborski. Le Canada avait 59 sportifs présents à Lake Placid. 

 

Pour d’autres photos, entre autres de la mascotte raton laveur de Lake Placid: http://www.olympic.org/photos-fr/innsbruck-1976 et http://www.olympic.org/photos/lake-placid-1980

Les jeux olympiques d’hiver 9

Grenoble 1968

1968_GrenobleDe retour en France pour la première fois depuis 1924 à Chamonix, les jeux olympiques d’hiver de Grenoble sont vus en couleur pour la première fois à la télévision. On a installé lors de ces jeux les contrôles de dopage et de féminité. L’URSS a perdu un peu de sa superbe et c’est la Norvège qui arrive à la tête du classement avec 14 médailles dont 6 d’or. L’Union soviétique arrive quand même deuxième, tout juste devant la France. Le plus grand médaillé des jeux est d’ailleurs Français : Jean-Claude Killy qui a remporté trois fois l’or en ski alpin. Alors qu’elles étaient unies lors des derniers jeux, les Allemagnes de l’est et de l’ouest participeront désormais aux jeux séparément. Parmi les événements marquant, notons la barrière des 100 mètres atteinte pour la première fois en saut à ski par le Soviétique Vladimir Belousov et le Tchèque Jiri Raska. Aussi, l’Italie remporte l’or au bobsleigh à deux et à quatre, l’engin dans les deux cas étant piloté par Eugenio Monti qui avait aussi marqué les jeux précédents, on s’en souvient. 35 épreuves ont été disputées par 1158 athlètes provenant de 37 pays.

Un événement

La grande controverse de ces jeux concerne le slalom, en ski alpin. Le français Jean-Claude Killy remporte la médaille d’or, mais son rival l’Autrichien Karl Shranz voit les choses autrement. En effet, selon l’Autrichien, un homme en noir, qu’il pense être un officiel, aurait traversé la piste et aurait fait dérapé le skieur. Une autre départ fut donc donné et Shranz a été plus rapide que Killy. Mais en revirement de situation, un jury d’appel disqualifie Karl Shranz et le skieur français a finalement gardé l’or.

Le Canada

YAAIP005_HD

La skieuse canadienne Nancy Greene. Source: http://www.olympic.org

Pour la première fois, le Canada se présentent aux jeux sous l’unifolié. En effet, le drapeau arborant la
feuille d’érable est apparu en 1965. Les jeux de Grenoble marquent aussi l’apparition d’une grande vedette olympienne canadienne : la skieuse Nancy Greene. Elle gagne à elle seule deux médailles : l’or au slalom géant et l’argent au slalom. L’équipe de hockey vient compléter la récolte de médaille avec la médaille de bronze devant l’URSS et la Tchécoslovaquie. 70 athlètes ont représenté le Canada à Grenoble.  

 

 

Sapporo 1972

1972_SapporoCes jeux sont les premiers à se dérouler sur le continent asiatique et sont une grande fierté pour le Japon. Si l’URSS est revenu au sommet du classement des médailles avec 16 titres, se sont des athlètes d’autres nations qui ont retenu l’attention. Par exemple, les Japonais Yukio Kasaya, Akitsugu Konno et Seiji Aochi ont offert à leur pays son premier titre olympique avec un triplé en saut à ski. Première médaille de l’histoire des jeux d’hiver aussi pour l’Espagne. Fernandez Ochoa a causé toute une surprise en remportant la médaille d’or au slalom avec une seconde d’avance. Aussi, le néérlandais Ard Schenk remporte haut la main trois médailles d’or en patinage de vitesse. 35 nations ont participé aux jeux pour 35 épreuves. 1006 athlètes au total ont défilé à Sapporo.

Un événement

L’amateurisme est remis en question lors de ces jeux. Normalement, les athlètes professionnels n’ont pas le droit de participer aux jeux olympiques. L’Autrichien Karl Shranz, comme il utilise sont nom dans des publicités et reçoit de l’argent de compagnies d’équipement, est exclu des jeux. Mais le fait est que les joueurs de hockey de l’équipe soviétique seraient pour la plupart des professionnels ce qui a causé une petite controverse. Pour protester contre ce professionnalisme déguisé, le Canada n’envoie pas d’équipe de hockey à Sapporo. Depuis 1969, l’équipe canadienne ne participait plus aux tournois mondiaux, car ce problème d’amateurisme dépassait le cadre des olympiques.

Le Canada

Les jeux de Sapporo sont des jeux olympiques loin d’être mémorables pour la délégation Canadienne. Avec un petite équipe de 47 athlètes sur place, seulement une médaille est remportée : l’argent en patinage artistique féminin avec Karen Magnussen. L’absence d’équipe de hockey a bien sûr fait très mal au Canada.

répétition de la cérémonie d'ouverture.

Répétition de la cérémonie d’ouverture. Source: http://www.olympic.org

 

 

 

 

 

 

 

 

pour d’autres photos de ces jeux: http://www.olympic.org/photos-fr/grenoble-1968  et http://www.olympic.org/photos/sapporo-1972