Archives de Catégorie: histoire

Jeux olympiques d’été-2

Athènes 1896

Couverture du rapport des jeux olympiques. Il n'y avait pas d'affiche à cette époque.

Couverture du rapport des jeux olympiques de 1896. Il n’y avait pas d’affiche, ni de le logo à cette époque. Source: Wikipedia.

Les premiers jeux olympiques modernes se déroulèrent en Grèce pour rendre hommage aux jeux antiques et se sont déroulés du 6 au 15 avril 1896. Ils sont encore modestes et ne possèdent pas tous les éléments qu’on connait des jeux aujourd’hui. Il n’y a pas de flamme olympique,  il n’y a pas de serment et encore moins de drapeau. L’olympisme est encore très peu connu et il y n’y presque pas de publicité qui promeut l’événement. Certains pays, comme les États-Unis, n’ont pas d’équipe nationale à proprement parlé. Les équipements sont aussi encore rudimentaires et peu règlementés. Une autre différence importante est que le gagnant ne reçoit pas une médaille d’or, mais d’argent. Ça restera le cas pour quelques éditions. Pour les besoins de clarté, les places seront tout de même indiquées dans les tableaux avec les mentions or, argent et bronze qu’on connait aujourd’hui. Cette année-là, toutes les récompenses ont été remises le 15 avril, lors de la clôture des jeux, par le roi Georges 1er.

Lire la suite

Publicités

Les jeux olympiques d’été-1

2016 est une année olympique! Rio de Janeiro accueillera les jeux d’été au début du mois d’août. Comme je l’avais fait en 2014 pour les jeux olympiques d’hiver, je vous propose un petit voyage dans l’histoire des jeux olympiques d’été. Ce sera, vous le devinerez une série plus longue, mais aussi bien intéressante. C’est plus d’un siècle de sport amateur qui se trouve derrière nous, alors le voyage sera fascinant. Commençons toutefois par le tout début, c’est à dire avant que les jeux d’Athène en 1896 furent déclarés ouverts.

Avant 1896

Tout le monde sait que les jeux olympiques existaient dans l’antiquité Grecque. En fait, ils seraient apparus en 776 avant J-C pour disparaître en 393 après J-C. Une longévité qu’on est loin d’avoir atteint avec les jeux modernes! Je passerai rapidement sur les jeux antiques, puisqu’on a tous plus ou moins une idée de leur fonctionnement, de leur lien avec la mythologie et des épreuves qu’on y retrouvait. Par contre, ce que peu de gens savent, c’est qu’entre 393 et 1896, il y a eu quelques essais de jeux olympiques. Plusieurs régions dans le monde ont eu leurs événements sportifs en lien avec les jeux olympiques antiques que ce soit en Europe ou dans les Amériques. Nous allons en retenir trois qui ont eu un peu plus d’importance.

France
C’est en 1723 que les savants ont commencé à s’intéresser au site archéologique d’Olympie. C’est à artir de ce moment que les Européens ont voulu redonner vie aux jeux. En 1796 ont lieu les premières Olympiades de la république, à Paris. Les épreuves sont la course à pied, la course de chevaux et la course de chars antiques. L’événement est un succès et est répété l’année suivante. En 1798, on remet ça avec plus d’épreuves et un défilé des athlètes. Une petite anecdotes savante: c’est durant les olympiades de 1798 qu’on utilisa pour la toute première fois le système métrique dans le milieu sportif. Malgré le succès des olympiades de la république, elles ne connaitront pas de quatrième édition. Il faut dire que la France ne vit pas une période très tranquille en cette fin de XVIIIe siècle.

Statue représentant Evangelis Zappas

Statue représentant Evangelis Zappas.

Grèce
La Grèce elle-même a voulu faire revivre les jeux, quoi de plus naturel. Surnommés les Olympiques de Zappas, ils ont eu lieu en 1859, 1870, 1875 et 1888-1889 à Athènes. Le Zappas en question est Evangelis Zappas, un riche Grec qui fut le principal commenditaire de ces jeux. Les sports présents étaient très similaires à ceux de l’antiquité: saut, course, lutte, lancer du javelot, lancer du disque, etc. Au fil des années, quelques autres épreuves ont aussi fait leur apparitions comme la gymnastique et des variantes des disciplines existantes. Seulement les Grecs de la Grèce, de la Crète ou de l’empire Ottoman participaient à ces jeux. Des bâtiments de ces Olympiques de Zappas ont été réutilisés pour les différents jeux d’Athènes qui ont suivi.

 

 

Royaume-Uni


Le Royaume-Uni a une longue histoire avec les olympiques. Selon mes petites recherches, qui restent peut-être à confirmer, les premiers exemples de jeux en Grande-Bretagne remontent au XVIIe siècle, alors que des fêtes « olimpick » sont organisées un peu en réaction aux Puritains. Les disciplines étaient par contre très loin de celles de la Grèce antique (il y avait entre autre des combats contre des ours). Ces jeux étaient plus une grande fête qu’une manifestation sportive. Il y a quelque chose de bien plus important qui se déroula en Angleterre. Les Wenlock Olympian Games ont failli être les jeux olympiques modernes. Leur première édition remonte à 1850. On doit ces jeux au docteur William Penny Brookes, un médecin qui avait l’activité physique à coeur. Les disciplines offraient un mélange de sports athlétiques et traditionnels; on y a vu par exemple du football, du cyclisme et du cricket. Ces jeux prirent une certaine ampleur et ont même permis des jeux nationaux à Londres en 1866.

Couronnement d'un champion olympique en présence de  William Penny Brookes (avec le parapluie et le chapeau haut-de-forme). Source: Daily Mail.

Couronnement d’un champion en présence de William Penny Brookes (troisième à partir de la droite). Source: Daily Mail.

C’est ici que la boucle se boucle. Brookes a entendu parlé des jeux de Zappas de 1859. Il salue et encourage l’intiative et fait même parvenir une coupe pour donner au gagnant d’une course à pied. Il propose même l’idée au gouvernement grec de jeux internationaux, mais cette idée serait trop couteuse pour la Grèce. Il garde quand même cette idée en tête et ne cesse de défendre l’olympisme. Bien plus tard, en 1890, arrive le baron Pierre de Coubertin qui s’intéresse particulièrement aux bienfaits du sport. Il se fait inviter cette année-là par Brookes pour assister aux jeux de Wenlock. Cette visite l’a grandement inspiré pour créer le  Comité International Olympique, et les jeux eux-mêmes. Le baron concrétisera donc le rêve de jeux internationaux du docteur Brookes. De Coubertin dira lui-même plus tard que William Penny Brookes a été le réel pionnier des jeux olympiques modernes. Les jeux de Wenlock, qui existent toujours et qui ont lieu à chaque année, sont d’ailleurs reconnus par le CIO et l’une des mascottes des jeux de Londres en 2012 se nommait Wenlock, en l’honneur de ces jeux.

Encore une fois, il s’agit de faits très résumés et je vous encourage à faire vos propres recherches si cela vous intéresse, car c’est une histoire vraiment fascinante. Maintenant, nous sommes prêts à nous attaquer les jeux comme on les connait aujourd’hui, avec ses beaux moments, ses victoires et ses (nombreuses) controverses.

 

Mini historique de la BD au cinéma.

source: La Pastèque

source: La Pastèque

Demain le 18 septembre sortira sur nos écrans Paul à Québec, une adaptation de la bande dessinée de Michel Rabagliati que j’irai sans faute voir. C’est un moment somme toute important pour la bande dessinée québécoise. Il s’agit, à moins que je ne me trompe, de la première adaptation en prises de vue réelles d’une BD d’ici. Cela m’amène à parler des adaptations de BD au cinéma, car ailleurs dans le monde, la chose existe depuis longtemps. Voici un bref retour en arrière pour vous montrer à quel point le phénomène est relativement ancien.

La BD et le cinéma sont deux arts qui ont pratiquement le même âge, les deux étant appararus à la fin du XIXe siècle. La plus ancienne adaptation que j’ai pu trouvé date donc de cette époque des débuts. Il s’agit de Little Nemo, un dessin animé muet sorti sur les écrans en 1911. La bande dessinée américaine Little Nemo a été créée par Winsor McCay en 1905. Si on regarde plus précisément l’adaptation en prises de vue réelles, la plus ancienne remonterait à 1936 avec Flash Gordon, film tiré du comics de Alex Raymond créé en 1934. Il s’agissait d’un sérial mettant en vedette Buster Crabbe dans le rôle titre. Du côté Franco-Belge, le premier héros à avoir vu ses traits passer sur le visage d’un acteur est une héroïne. C’est en effet Bécassine qui fut adaptée la première en 1940. La jeune Bretonne créée en 1905 et dessinée par Joseph Pinchon était interprétée par Paulette Dubost. Même la famille Fenouillard qui est une BD bien plus acienne remontant au XIXe siècle a été adaptée plus de 20 ans plus tard, dans les années 1960. Du côté de la BD japonaise, les adaptations sont beaucoup plus récentes. Cyborg 009 de Shōtarō Ishinomori aurait été la première adaptation en 1966. La première adaptation en prises de vues réelles date de 1970: Harenchi Gakuen tiré du manga de Go Nagai et ce n’est pas du tout pour les enfants, ce qui explique l’absence d’image.

Little Nemo - 1911 - Roses

Little Nemo. Source: AlloCiné

 

Flash Gordon. Source: Wikipedia

Flash Gordon. Source: Wikipedia

 

Bécassine. Source: cinema-francais.fr

Bécassine. Source: cinema-francais.fr

 

Cyborg 009. source: anime-planet

Cyborg 009. source: anime-planet

Quelles sont les BD les plus adaptées au cinéma? Du côté Franco-Belge, c’est Astérix le vainqueur avec 9 films d’animation et 4 films en prises de vue réelles (le Gaulois bat le record aussi à ce niveau-là). Du côté américain, si on compte les serials des années 1940, c’est Batman le plus adapté. Deux serials en 1943 et 1949, un film tiré de la série télé en 1966 et 8 films sortis de 1989 à 2012. 11 films au total donc pour l’homme chauve-souris. Je n’ai compté ici que les métrages en prises de vues réelles. C’est donc une histoire déjà bien entamée, mais qui ne fait que commencer pour la BD québécoise. Je suis en effet certaine qu’on verra de plus en plus les dessins de chez nous s’animer au cinéma, que ce soit en animation ou avec des acteurs.

 

*Ces informations ont été trouvées au terme de mes propres recherches. Si jamais je me suis trompée, je m’en excuse. Je serai ravie de corriger et de transmettre ainsi des informations exactes.*

 

 

Les jeux olympiques d’hiver 16 et fin

Vancouver 2010vancouver_2010

On conclu maintenant cette série sur les jeux olympiques d’hiver avec la dernière édition avant ceux de Sotchi. Pour sa deuxième édition sur le sol canadien, ces jeux ont le magnifique emplacement des montagnes rocheuses. Ces jeux ont connu leur lot de petits scandales et de controverses. La place du français dans la cérémonie d’ouverture, le choix de Cypress Mountain alors qu’on y manquait de neige, mais surtout plusieurs opposition du public. La manière de traiter les Premières Nations et les citoyens à faible revenu, les problèmes de sécurité, les enjeux financiers, le copyright sur le symbole et le nom des jeux olympiques… Avant le déclenchement des jeux, le portrait n’était pas très reluisant. En soi, ces jeux furent un succès et ils furent parmi les plus suivi de l’histoire avec 3 milliards de téléspectateurs sans compter l’enthousiasme de la population canadienne en général, mais ils ont essuyé de nombreuses critiques malgré tout.

2566 athlètes de 82 pays ont participé aux jeux de Vancouver et 86 épreuves étaient prévues. Le ski-cross a fait sa première apparition lors de ces jeux.

C’est le Canada qui arrive en tête au classement des médailles pour la première fois de l’histoire des jeux avec 26 médailles dont 14 d’or. Le record du nombre de médailles d’or obtenues par le même pays est d’ailleurs battu. Mais les athlètes les plus médaillés sont Norvégiens. En ski de fond, Marit Bjoergen remporte trois médailles d’or une d’argent et une de bronze alors que Petter Northug décroche deux fois l’or, une fois l’argent et une fois le bronze.

Un événement

Plusieurs controverses ont ponctué ces jeux, mais un triste événement vient assombrir la célébration

Source: theguardian.com

Source: theguardian.com

encore plus la journée même de la cérémonie d’ouverture. Nodar Kumaritashvili, un lugeur Georgien, a raté un virage à 270° pour aller percuter violemment un structure métallique. Avec une vitesse de près de 140 km/h, il n’a eu aucune chance. Cet accident soulève toutes sortes de questions sur la recherche constante d’une vitesse toujours plus grande, sur les pistes qui ne sont pas faites pour tous les athlètes. En effet, certains journalistes britanniques ont accusé l’agressivité du programme « À nous le podium » qui élève trop le niveau de difficulté des épreuves. La chose est que Nodar Kumaritashvili n’est pas le seul a avoir chuté sur cette piste qui laissait parait-il bien peu de place à l’erreur, mais il a été le seul a avoir subi de graves conséquences. Cet événement a poussé une réflexion chez les organisateurs olympiques et c’est une bonne chose malgré tout. Mais ça ne valait pas la mort d’un athlète. La délégation Georgienne a failli quitter les jeux, mais est finalement resté pour honorer la mémoire de leur compatriote. On a commémoré Nodar Kumaritashvili durant la cérémonie d’ouverture et les drapeaux ont été mis en berne.

Profitons de ce sujet pour parler des décès qui ont eu lieu lors des olympiques d’hiver, car je n’ai pas encore abordé la question et il y en a malheureusement eu. Le skieur australien Ross Milne est décédé à 19 ans lors des jeux de Innsbruck en 1964. Il a perdu le contrôle lors d’une descente d’entraînement et a heurté mortellement un arbre. Trois jours plus tôt, durant les même jeux, le lugeur polonais Kazimierz Kay-Skrzypecki est aussi décédé lors d’un entraînement. À Albertville en 1992, le skieur suisse Nicolas Bochatay est décédé aussi lors d’une descente d’entraînement alors qu’il a percuté une dameuse. Il pratiquait le ski de vitesse, une discipline qui était alors en démonstration. 

Le Canada

Le Canada est le vainqueur de ces deuxièmes jeux d’hiver se déroulant sur son territoire. Pour la première fois de toute l’histoire des jeux olympique (été et hiver) une médaille d’or est gagnée par un athlète canadien au Canada. Celui qui remporte cet honneur est Alexandre Bilodeau qui est sacré champion aux bosses. Mais il ne sera pas le seul. La variété des sports est assez inédite. Des médailles sont décrochées en skeleton, hockey, patinage de vitesse courte et longue piste, curling, bobsleigh, patinage artistique, surf des neiges et, évidemment, ski acrobatique. 206 athlètes participaient aux jeux dans 15 épreuves formant la plus importante délégation canadienne à ce jour (avant les jeux de Sotchi). 

Médaillés olympiques Canadiens Vancouver 2010
Titre Athlète(s) Sport Discipline
Or Alexandre Bilodeau Ski acrobatique Bosses Hommes
Or Maëlle Ricker Surf des neiges Snowboard Cross Femmes
Or Christine Nesbitt Patinage de vitesse 1000 m Femmes
Or Équipe féminine de hockey Hockey sur glace Compétition Femmes
Or Jon Montgomery Skeleton Hommes
Or Scott Moir; Tessa Virtue Patinage artistique Danse sur glace
Or Ashleigh McIvor Ski acrobatique Ski cross Femmes
Or Kaillie Humphries; Heather Moyse Bobsleigh Bob à deux Femmes
Or Charles Hamelin Patinage de vitesse courte piste 500 m Hommes
Or Guillaume Bastille; Charles Hamlelin; François Hamelin; Olivier Jean; François-Louis Tremblay Patinage de vitesse courte piste Relais 5000 m Hommes
Or Mathieu Giroux; Denny Morrison; Lucas Makowsky Patinage de vitesse Poursuite par équipe Hommes
Or Jasey-Jay Anderson Surf des neiges Slalom géant parallèle Hommes
Or Adam Enright; Kevin Martin; Ben Hebert; Marc Kennedy; John Morris Curling Compétition Hommes
Or Équipe masculine de hockey Hockey sur glace Compétition Hommes
Argent Jennifer Heil Ski acrobatique Bosses Femmes
Argent Mike Robertson Surf des neiges Cross Hommes
Argent Marianne St-Gelais Patinage de vitesse courte piste 500 m Femmes
Argent Kristina Groves Patinage de vitesse 1500 m Femmes
Argent Jessica Gregg; Kalyna Roberge; Marianne St-Gelais; Tania Vicent Patinage de vitesse courte piste Relais 3000 m Femmes
Argent Shelley-Ann Brown; Hellen Upperton Bobsleigh Bob à deux Femmes
Argent Cori Bartel; Cheryl Bernard; Carolyn Darbyshire; Kristie Moore; Susan O’Connor Curling Compétition Femmes
Bronze Joannie Rochette Patinage artistique Simple Femmes
Bronze Kristina Groves Patinage de vitesse 3000 m Femmes
Bronze Clara Hughes Patinage de vitesse 5000 m Femmes
Bronze François-Louis Tremblay Patinage de vitesse courte piste 500 m Hommes
Bronze David Bissett; Lascelles Brown; Chris Le Bihan; Lyndon Rush Bobsleigh Bob à quatre Hommes

Pour beaucoup beaucoup beaucoup d’autres photos: http://www.olympic.org/photos-fr/vancouver-2010

Les jeux olympiques d’hiver 15

Salt Lake 20022002 salt lake

Cinq mois seulement après les événements du 11 septembre 2001, les États-Unis accueillent leurs 3e jeux olympiques d’hiver. La sécurité est omniprésente et lourde, la plus importante qu’on ai eue durant des jeux olympiques. Les émotions sont encore à vif et la cérémonie d’ouverture laisse voir les cicatrices encore vives des événements de l’automne. Mais les olympiques sont un moment de réjouissances et les jeux se sont tout de même très bien déroulés. À Salt Lake City, le bobsleigh féminin fait son apparition et après être parti et revenu depuis 1928, le skeleton s’installe officiellement comme épreuve officielle. La Chine et l’Australie gagnent leur première médaille d’or de l’histoire des jeux d’hiver alors que l’Estonie et la Croatie gagnent leur première médaille. De plus en plus de pays se partagent les titres et des médailles sont gagnées par pas moins de 18 nations différentes. Au total, il y en a 77 qui participent aux jeux avec 2399 athlètes et 78 épreuves sont au programme. C’est la Norvège qui arrive en tête du classement grâce à ses 13 médailles d’or. Car au nombre absolu de médailles, c’est l’Allemagne qui l’emporte avec 36 récompenses contre 25 pour la Norvège. Le pays-hôte arrive en 3e place avec 34 médailles dont 10 d’or.

Le champion le plus étonnant des jeux? Steven Bradbury de l’Australie en patinage de vitesse courte piste. Il a passé deux fois les qualifications à cause de la chute ou de la disqualification de ses adversaires et lors de la finale, tous les quatre autres concurrents ont chuté lui laissant la place pour une médaille d’or inattendue, lui qui était loin derrière. Lui-même n’en revenait pas. Le moins qu’on puisse dire, c’est que M. Bradbury a eu beaucoup de chance.

Un événement

Le grand scandale de ces jeux se déroule en patinage artistique en couple et plusieurs d’entre nous s’en rappellent encore. Après un programme libre pratiquement parfait, les Canadiens Jamie Salé et David Pelletier se retrouvent à la seconde place du classement final à la grande surprise de tous. Tout le monde pensait qu’ils méritaient la médaille d’or. Nombreux sont ceux qui s’interrogent… On en parle dans les médias, entre commentateurs, il y a quelque chose qui s’est passé. On soupçonne de la tricherie. Finalement, la juge française Marie-Reine Le Gougne avouera avoir subi des pressions de son président de fédération pour qu’elle vote en faveur du couple russe afin de favoriser les Français en danse sur glace. Elle niera ensuite le tout dans une déclaration quelques jours plus tard, mais le mal était fait. Finalement, le CIO a décidé que deux médailles d’or seront remises cette année-là lors d’une seconde cérémonie : une aux Canadiens et une aux Russes. Marie-Reine Le Gougne et son président de fédération ont été suspendus pour « faute » et bannis des jeux de Turin en 2006. Depuis, le système de notation a été modifié pour éviter ce genre d’incident et une politique d’anonymat a été instaurée et les pays des juges ne sont plus visibles lors de la remise des notes pour éviter tout collusion.

Le Canada

Commençons par l’essentiel : le Canada remporte l’or au hockey masculin et féminin. Chez les hommes, cela faisait près de 50 ans que l’équipe canadienne n’avait pas remporté l’or. Au total donc, 17 médailles sont remportées par la délégation canadienne de 150 athlètes. Encore une fois, le patinage de vitesse courte et longue piste restent deux épreuves de prédilection de même que le curling. Salt Lake sont les jeux de Marc Gagnon qui remporte deux médaille d’or et une de bronze en patinage de vitesse courte piste. En plus de la médaille d’or en patinage artistique, trois autres médailles sont en ski de fond et ski acrobatique ce qui fait que, malgré notre grand nombre de médailles, il n’y a pas beaucoup de variété dans les sports!

Médaillés olympiques Canadiens Salt Lake 2002
Titre Athlète(s) Sport Discipline
Or Becky Scott Ski de fond Poursuite 10 km Femmes
Or Jamie Salé; David Pelletier Patinage artistique Couple
Or Équipe masculine de hockey Hockey sur glace Compétition Hommes
Or Équipe féminine de hockey Hockey sur glace Compétition Femmes
Or Marc Gagnon Patinage de vitesse courte piste 500 m Hommes
Or Catriona LeMay Doan Patinage de vitesse 500 m Femmes
Or Éric Bédard; Marc Gagnon; François-Louis Tremblay; Jonathan Guillemette; Mathieu Turcotte Patinage de vitesse courte piste Relais 5000 m Hommes
Argent Don Bartlett; Kevin Martin; Carter Rycroft; Don Walchuk; Ken Tralnberg Curling Compétition Hommes
Argent Veronica Brenner Ski acrobatique Sauts Femmes
Argent Jonathan Guillemette Patinage de vitesse courte piste 500 m Hommes
Bronze Diane Dezura; Kelley Law; Cheryl Noble; Julie Skinner; Georgina Wheatcroft Curling Compétition Femmes
Bronze Diedra Dionne Ski acrobatique Sauts Femmes
Bronze Mathieu Turcotte Patinage de vitesse courte piste 1000 m Hommes
Bronze Marc Gagnon Patinage de vitesse courte piste 1500 m Hommes
Bronze Isabelle Charest; Marie-Ève Drolet; Tania Vicent; Alanna Kraus; Amélie Goulet-Nadon Patinage de vitesse courte piste Relais 3000 m Femmes
Bronze Cindy Klassen Patinage de vitesse 3000 m Femmes
Bronze Clara Hughes Patinage de vitesse courte piste 5000 m Femmes

turin 2006Turin 2006

Pour leur retour en Italie, les jeux de 2006 sont les premiers jeux de l’Internet. Internet existait bien longtemps avant, bien entendu, mais cette fois-ci, on l’utilise activement et on enregistre des records de consultation avec 700 millions de pages visitées sur le site officiel des jeux et 32 millions sur le site de la CIO. Un record aussi pour les tests anti-dopage qui sont les plus stricts de l’histoire : 1219 tests ont été effectués. Autres records : 80 nations participent aux jeux et 26 d’entre elles décrochent des médailles. Aussi Turin est la ville la plus populeuse à avoir accueilli des jeux d’hiver avec 900 000 habitants. Finalement, à 39 ans et 150 jours, le skeletoneur canadien Duff Gibson est le plus vieil olympien à remporter une médaille d’or. 84 épreuves sont au programme.

Le Norvégien Kjetil Andre Aamodt a remporté quatre médailles d’or en ski alpin ce qui en fait le

Les médailles trouées de Turin. Source: http://olympic.org

Les médailles trouées de Turin. Source: http://olympic.org

premier à décrocher quatre médailles dans les mêmes jeux en ski alpin et le premier à décrocher quatre médailles d’or. Dans les plus grand médaillés, nommons aussi les Coréens Hyun-Soo Ahn et Sun-Yu Jin en patinage de vitesse courte piste et l’Allemand Michael Greis au biathlon qui ont tous remporté trois médailles d’or. Cette fois-ci l’Allemagne domine carrément le classement avec 29 médailles dont 11 d’or.

Un événement

Exceptées quelques controverses économiques lors de l’organisation (par exemple une ligne de métro non complétée) et une sécurité encore un fois bien lourde par peur d’attaques terroristes, les jeux de Turin ont été relativement tranquilles. Et comme à chaque jeu, il y a eu de beaux exemples d’esprit sportif. L’un d’entre eux concerne la skieuse de fond canadienne Sara Renner qui au cours de l’épreuve par équipe brisa son bâton. Le sélectionneur norvégien s’empressa alors d’aller lui prêter l’un des siens, même s’il était un peu trop grand pour la skieuse. Ce geste très sportif permis à l’équipe canadienne de remporter l’argent à l’épreuve. Mais ironiquement, il empêche aussi la Norvège de monter sur le podium.

Cindy Klassen à la cérémonie de clôture des jeux de Turin. Source: http://olympic.org

Cindy Klassen à la cérémonie de clôture des jeux de Turin. Source: http://olympic.org

 

Le Canada

Les sports commencent à varier beaucoup plus que les années précédentes lorsqu’on regarde les différentes récompenses olympiques, mais les Canadiens restent dominants en patinage de vitesse, surtout en courte piste. Le nombre de médailles grimpe à 24 dont sept d’or ce qui vaut à la délégation canadienne le 5e rang au classement. La grande championne canadienne en 2006 est Cindy Klassen qui décroche cinq médailles en patinage de vitesse. Les équipes canadiennes de hockey féminin et de curling masculin sont aussi championnes. Le hockey masculin en arrache encore un peu malgré l’or à Salt lake et ne remporte aucune médaille. Comme un grand nombre d’athlètes canadiens, l’équipe nationale a terminé au pied du podium. Le nombre plus élevé de médailles vient aussi avec un plus grand nombre de participants avec 196 athlètes. 

 

Médaillés olympiques Canadiens Turin 2006
Titre Athlète(s) Sport Discipline
Or Jennifer Heil Ski acrobatique Bosses Femmes
Or Duff Gibson Skeleton Hommes
Or Cindy Klassen Patinage de vitesse 1500 m Femmes
Or Équipe féminine de hockey Hockey sur glace Compétition Femmes
Or Chandra Crawford Ski de fond Sprint Femmes
Or Jamie Korab; Russ Howard; Brad Gushue; Mark Nichols; Mike Adam Curling Compétition Hommes
Or Clara Hughes Patinage de vitesse 5000 m Femmes
Argent Sara Renner; Beckie Scott Ski de fond Sprint par équipe Femmes
Argent Denny Morrison; Steven Elm; Jason Parker; Arne Dankers; Justin Warsylewicz Patinage de vitesse Poursuite par équipe Hommes
Argent Kristina Groves; Christine Nesbitt; Cindy Klassen; Clara Hughes; Shannon Rempel Patinage de vitesse Poursuite par équipe Femmes
Argent Jeff Pain Skeleton Hommes
Argent Cindy Klassen Patinage de vitesse 1000 m Femmes
Argent Pierre Lueders; Lascelles Brown Bobsleigh Bob à deux Hommes
Argent Anouk Leblanc-Boucher; Kalyna Roberge; Tania Vicent; Alanna Kraus; Amanda Overland Patinage de vitesse courte piste Relais 3000 m Femmes
Argent Kristina Groves Patinage de vitesse 1500 m Femmes
Argent François-Louis Tremblay Patinage de vitesse courte piste 500 m Hommes
Argent Éric Bédard; Charles Hamelin; Jonathan Guillemette; Mathieu Turcotte; François-Louis Tremblay Patinage de vitesse courte piste Relais 5000 m Hommes
Bronze Cindy Klassen Patinage de vitesse 3000 m Femmes
Bronze Anouk Leblanc-Boucher Patinage de vitesse courte piste 500 m Femmes
Bronze Jeffrey Buttle Patinage artistique Simple Hommes
Bronze Melissa Hollingsworth-Richard Skeleton Femmes
Bronze Dominique Maltais Surf des neiges Snowboard cross Femmes
Bronze Sannon Kleibrink; Amy Nixon; Glennys Bakker; Christine Keshen; Sandra Jenkins Curling Compétition Femmes
Bronze Cindy Klassen Patinage de vitesse 5000 m Femmes

Pour toutes sortes de photos dont celles des mascottes bizarres de Turin cliquez là: http://www.olympic.org/photos-fr/salt-lake-city-2002 et là: http://www.olympic.org/photos-fr/turin-2006