Archives du blog

Les sciences et les jeunes: la suite

Un article dans La Presse a attiré mon attention. On y apprend que les jeunes se seraient désintéressés des sciences.

Dans ce billet à propos du 30e anniversaire des Débrouillards, je souhaitais que les jeunes continuent d’avoir de l’intérêt pour les sciences pour toutes sortes de raisons. Il semblerait que ce ne soit pas le cas et c’est bien dommage. Dans l’article, on mentionne un autre aspect que je n’avais pas souligné : «Au Québec, le secteur des sciences naturelles et appliquées est celui qui connaîtra d’ici 2018 la plus forte croissance d’emploi.» Une autre très bonne raison de s’inquiéter de la situation!

L’article: Désintérêt des jeunes pour les sciences: les commissions scolaires inquiètes

On mentionne dans cet article que les enseignants ne seraient pas à l’aise dans l’enseignement des sciences. Ça ne devrait pas être le cas. Je me demande si ce problème ne vient pas tout simplement de la formation des enseignant.

Il me vient tout d’un coup un souvenir. J’ai eu pendant mon baccalauréat en enseignement un professeur de didactique des sciences tout à fait formidable: Marcel Thouin. Je ne peux pas parler pour tout le monde, mais à moi et certains de mes collègues, il nous a vraiment donné le goût d’enseigner les sciences. Il nous montrait une façon de le faire claire et efficace (partir des conceptions de départ que les élèves ont des phénomènes scientifiques) tout en nous proposant des activités vraiment intéressantes et simples. Sans compter ses livres qui sont une vraie mine d’or! Mais le plus important, c’est qu’il nous a aussi fait comprendre les concepts plus compliqués et nous a donné l’envie de nous intéresser aux sciences. Je souhaiterais que tous les enseignants aient pu l’avoir lors de leur formation. Car il nous a montré que ces notions avaient tout à fait leur place dans le cursus scolaire aux côtés du français et des mathématiques.

Il faut des profs intéressés pour que les élèves le soient. Cela va de soi!

Une entrevue avec M. Thouin à l’Actualité datant de quelques années, mais toujours pertinente. On y fait le lien entre l’enseignement des sciences et le décrochage scolaire des garçons: Ne tuez pas Einstein!  Une autre raison de s’inquiéter de ce désintérêt?

Publicités

30 ans de Débrouillards

La mascotte Beppo né du crayon de Jacques Goldstyn. Source: http://www.clse.qc.ca

Les Débrouillards fêtent leurs 30 ans! C’est en janvier 1982 que le Club des Débrouillards a officiellement été lancé. Ce qui avait commencé modestement par des chroniques à l’Agence Science-Presse est devenu tout un phénomène qui a donné des livres, un magazine et, bien sûr, une émission de télévision qui a marqué une génération. Personnellement, j’étais une fan. Ce qu’on pouvait en apprendre en une demi-heure! Ça me réjoui de voir que le magazine est toujours présent et tout aussi intéressant. Les sciences sont des domaines en constante évolution et c’est tout à fait légitime et même souhaitable que les jeunes soient informés de cette évolution. Se sont des sujets qui peuvent intéresser facilement les enfants, si on est habile, parce qu’ils sont reliés en quelque sorte à l’imaginaire. Pour eux, c’est un merveilleux moyen de s’ouvrir sur le monde et qu’ils puissent comprendre toute sortes d’enjeux importants de l’actualité. Et quand c’est bien vulgarisé, fait avec humour, et sur un ton, somme toute, assez léger malgré le sérieux de certains sujets, c’est gagnant! Je souhaite que Les Débrouillards restent encore longtemps dans le paysage médiatique et scientifique québécois et qu’ils sauront bien évoluer pour garder vif l’intérêt des jeunes envers les sciences.

 

Un petit historique:

http://www.lesdebrouillards.qc.ca/client/medias.asp?clef2=15&clef=69&page=4092

 

Pour les nostalgiques comme moi, voici un épisode complet de la fameuse émission.

 

 

Opération séduction pour la Commission jeunesse Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine

La Commission jeunesse Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine était présente sur la Grave vendredi et samedi derniers dans le cadre de leur campagne touristique de recrutement. Cette campagne vise les jeunes touristes en visite dans nos région et qui pourraient potentiellement vouloir s’y installer. « Comme la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine sont des régions touristiques, on a décidé de cibler les jeunes touristes et leur montrer les opportunités de la région », explique Maryève Charland-Lallier, ambassadrice à la commission jeunesse. Cette opération cible autant les jeunes d’ailleurs que ceux originaires des Îles et qui habitent maintenant à l’extérieur.

Le bilan de cette fin de semaine est plutôt positif. « Ce qu’on vise, ce n’est pas tant un grand nombre de personnes, mais la qualité des échanges qu’on avec ces personnes », nous a dit Maryève Charland-Lallier. Elle et Julie Jomphe, agente de migration à l’organisme Place au Jeunes, ont parlé avec plusieurs personnes intéressées dont un jeune homme parti depuis 13 ans des Îles venu passer une semaine de vacances. Il envisage peut-être maintenant de revenir vivre dans la région.

L’importance des jeunes en région

Cette campagne de « Grande séduction » fait parti d’un projet beaucoup plus vaste: Cap sur l’avenir 2009-2012. Ce programme comprend de nombreux aspects et l’un d’eux est le retour et le recrutement de main d’œuvre qualifiée, le but de l’événement sur la Grave. La demande de travailleurs dans la région Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine est importante. On prévoit 9200 nouveaux emplois d’ici 2014 qui vont se libérer en raison des départs à la retraite. « Tous les domaines sont touchés. Des employés en administration, comptabilité, ou bien en santé sont un peu plus recherchés que les autres, mais il y a de l’ouverture partout », précise Julie Jomphe.

En revanche, ça fait huit ans que le solde migratoire chez les jeunes dans la région de Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine est positif et Maryève Charland-Lallier remarque qu’aujourd’hui, les jeunes ont de plus en plus le désir de revenir. Un constat plutôt encourageant pour l’ambassadrice de la Commission jeunesse.

Bilan 2010-2011 positif

C’était aussi le moment du bilan la semaine dernière pour la Commission jeunesse. La dernière année a été fort occupée et de nombreuses réalisations ont été accomplies. Notons entre autres, une campagne publicitaire sur l’importance d’encourager les jeunes à s’établir dans la région, la mise en place de comités d’accueil pour les nouveaux arrivants et la diffusion d’une étude sur les facteurs de rétention des jeunes dans les régions faite par le centre de recherche sur les milieux insulaires et maritimes (CERMIM)

Les projets ne manquent pas non plus pour la prochaine année. Une campagne visant à détruire les mythes nuisant à l’image de la région, une série de témoignages vidéos et la mise en ligne d’une boîte à outils pour les employeurs font partie des nouveautés annoncées pour 2011-2012. Ce sera aussi la dernière année du projet qui amènera une évaluation afin d’en connaître les retombées.Pour plus d’information sur la Commission jeunesse, visitez le http://www.faistesboites.com.

-30-

Publié dans l’hebdomadaire Le Radar vol 42 No. 30 de la semaine du 4 août 2011