Archives du blog

Cohabitation et isolement

Le Devoir a présenté le 1er août dernier un beau photoreportage de Renaud Philippe sur deux communautés voisines du Nunavik: Whapmagoostui et Kuujjuarapik. L’une est Crie et l’autre Inuite. Un texte de Jean-Baptiste Hervé nous présente les deux populations qui se côtoient depuis 2800 ans mais fonctionnent de manière bien distinctes compte tenu de leurs différences culturelles. L’article nous propose un court portrait bien intéressant de ces deux villages.  Le photoreportage nous présente des portraits en noir et blanc ainsi que des photos couleurs présentant la vie actuelle dans les deux villages. Personnellement, j’en aurais pris beaucoup plus, car on connait beaucoup trop peu la vie dans le nord du Québec et pourtant, cette région fait bel et bien partie de notre province. Ces deux communautés si différentes ont encore beaucoup plus à nous révéler, j’en suis certaine. C’est d’autant plus vrai en raison de leur contexte bien particulier de cohabitation. Ce n’est pas une critique, j’ai beaucoup aimé les photos que j’ai vues. Des reportages sur ce genre de sujet sont essentiels. La majorité des villages Inuits et Cris ne sont accessibles qu’en avion ce qui rend l’isolement encore plus grand. Je trouve cela vraiment dommage que ce ne soit pas plus accessible (les vols coûtent très cher), car bien peu de gens des régions du sud peuvent dire connaître cette énorme partie de la province. Ce photoreportage mérite un coup d’œil ne serait-ce que pour éveiller la curiosité.

Lire l’article

Voir le photoreportage

Extrait du photo reportage. Source: http://www.ledevoir.com/portraits-nordiques © Renaud Philippe - Le Devoir, 2015

Extrait du photo reportage. Source: http://www.ledevoir.com/portraits-nordiques © Renaud Philippe – Le Devoir, 2015

Publicités

Délicieux navets

Je partage ici un article d’Émilie Folie-Boivin très bien intitulé « La revanche des navets » et paru dans Le Devoir la semaine dernière, le lendemain des prix Aurore qui récompense, comme on le sait, le meilleur du pire du cinéma québécois de l’année. Il s’agit en fait d’une petite réflexion sur ces films si mauvais qu’ils en deviennent bons. Le chroniquer cinéma de Radio-Canada, Michel Coulombe dit avec raison que pour que ça marche, le film doit en faire trop (The rocky horror picture show en est un exemple). Je rajouterais qu’il y a sûrement toujours quelqu’un dans l’équipe de création du film qui y croit énormément et c’est ça qui donne son aspect si assumé qui le rend encore meilleur.

L’article soulève aussi le fait que si les États-Unis sont un terreau fertile de ce genre de films (comme en fait foi la petite centaine de films de requins qui existe), le Québec « cultive peu ses navets », comme le dit si bien l’auteure de l’article. Parce que ces mauvais films deviennent parfois des films-cultes. Showgirls et The rocky horror picture show ont des fans et sont encore représentés en salle annuellement. Certains films québécois de toutes les époques ont un certain potentiel et sont même peut-être devenus cultes dans des cercles fermés d’amateurs qui en font des visionnement chez un particulier, qui sait!

Bien qu’il y a certaines personnes qui aiment plus les mauvais films que d’autres, on a tous un navet qu’on aime tellement il est mauvais. Dans les films québécois, je n’ai pas encore vu beaucoup de mauvais films, mais j’avoue que Ding et Dong, le film est un vrai plaisir coupable pour moi. Il faudra que je me rattrape, parce qu’il y a des petites perles apparemment. Dans le cinéma en général, mon mauvais film préféré est The Room (2003) qui est, à mon avis, un chef d’œuvre de mauvais. Il mériterais même d’avoir son propre article sur ce blog, tient! J’en reparlerai peut-être un autre jour, car c’est véritablement un ovni, même dans le monde des mauvais films, surtout grâce à  son auteur, réalisateur et acteur principal: Tommy Wiseau.

Et vous, avez-vous un mauvais film préféré? En attendant, vous pouvez lire les préférences des différents chroniqueurs dans l’article.

http://www.ledevoir.com/culture/cinema/403190/cin

Si le sujet vous intéresse, je vous invite à visiter la page de Douteux, un OSBL très sérieux d’archivage, de protection et de diffusion d’œuvres cinématographiques discutables. http://www.douteux.org/