Archives du blog

Jeux olympiques d’été-8

Paris 1924

Source: wikipedia

Source: wikipedia

Les premiers Jeux olympiques qui se sont tenus à Paris en 1900 n’ont pas marqué l’histoire. Mal organisés, passé presqu’inaperçus, perdus dans l’Exposition universelle, ils sont plutôt à oublier. Heureusement, la capitale française a pu se reprendre en 1924 pour de seconds Jeux olympiques qui se déroulèrent du 4 mai au 27 juillet. Cette fois-ci, il y a des installations convenables et une organisation efficace.

Bien que la devise Citius, atlius fortius était sur le premier drapeau olympique, c’est à Paris qu’elle fut adoptée officiellement comme devise. Autre nouveauté: les athlètes sont logés pour la première fois dans un village olympique. Loin du confort qu’on leur offre de nos jours, il s’agissait plutôt d’un regroupement de cabanes de bois. Le rituel du lever des trois drapeau (olympique, du pays hôte et du pays hôte suivant) est aussi mis en place pour la première fois à Paris lors de la cérémonie de clôture. Il s’agit aussi de la première cérémonie de clôture à proprement parler. Les Jeux olympiques d’hiver connaissent leur première édition en 1924 à Chamonix; les sports estivaux et hivernaux auront désormais chacun leur événement. Dernière nouveauté, la TSF permet maintenant de commenter les compétitions en direct à la radio. Les médias s’intéressent d’ailleurs de plus en plus aux Jeux olympiques; plus de 1000 journalistes sont présents à Paris en 1924.

Lire la suite

Publicités

Jeux olympiques d’été-3

 Paris 1900

Le mot « chaos » définirait très bien les Jeux de Paris. On pourrait même oser dire que c’était du grand n’importe quoi.

Affiche de la compétition d'escrime. Aucun affiche officielle n'a été présentée pour ces jeux. (Source: Wikipedia).

Affiche de la compétition d’escrime. Aucun affiche officielle n’a été présentée pour ces Jeux. (Source: Wikipedia).

Les Jeux prirent part du 14 mai au 28 octobre, cinq mois de compétitions disséminées un peu partout dans la capitale française. Pierre de Coubertin voulait profiter de l’exposition de universelle de Paris, un événement international déjà majeur. Il y avait un petit problème: Alfred Picart, le commissaire principal de l’exposition universelle, méprisait le sport. L’entente entre les deux hommes fut difficile. Le résultat est que les Jeux olympiques se sont transformés en une collection d’épreuves sportives de tout genre sans installations adéquates annoncées avec bien peu de publicité. Quand on regarde les archives, on ne voit presque jamais le mot « olympique ». Il s’agit plutôt de « concours » ou de « compétitions ». Il paraîtrait que certains athlètes ne savaient même pas qu’ils participaient aux Jeux. C’était difficile de prévoir un bel avenir à l’olympisme quand on regarde cette seconde édition un peu anarchique. Pourtant, malgré le peu d’intérêt du public, ces jeux ont tout de même réussi à attirer beaucoup d’athlètes et lorsqu’on les regarde avec le recul, ils avaient tout ce qu’il fallait pour être de vrais Jeux olympiques. Après tout, il ne s’agit que de la deuxième édition et des ajustements sont essentiels.

Lire la suite